jeudi 19 juillet 2012

19 juillet De quelques idées reçues

 

J'ai eu l'occasion de lire sur le site de « Ria Novosti » un article de Alexandre Latsa qui est un journaliste français qui vit en Russie. Il relatait une courte visite faite récemment en Russie par les lecteurs d'une revue Française.

Les réactions des participants à cette visite me paraissent révélatrice de la façon dont est perçue en métropole la société Russe. Je reproduis ci après quelques courts extraits de son article (accessible dans son intégralité sur http://fr.rian.ru/tribune/20120627/195170652.html. )

« -Il y a un sérieux décalage entre la réalité russe et les sombres descriptions de la plupart des médias français. C’est à croire qu’ils raisonnent sur des idées et des images figées dans les années 1990, leur a même dit un français expatrié à Moscou.

.../...

C’était l’occasion d’expliquer que la Russie est depuis quelques années déjà une terre d’opportunités qui a commencé à intéresser quelques français, surtout depuis la crise de 2008 qui a secoué la planète et notamment les pays occidentaux. Expliquer aussi la transformation d’un expatrié français qui tente sa chance en Russie et qui devient un Russpat (mot hybride mélange de russe et d’expatrié, traduisant le statut de français installés en Russie, russophones et en cours de russification).

Sur le parcours, pour ceux qui veulent s’adapter, travailler et vivre en Russie sans être recrutés par une multinationale, les difficultés ne manquent pas. C’est plus compliqué que traverser le Channel et s’installer en co-location à Londres. Il n’y a pas que le climat, l’alphabet cyrillique et la complexité de la belle langue russe. Il y a la redoutable administration russe, labyrinthe compliqué et implacable, avec ses démarches interminables. C’est au contact de cette montagne que beaucoup se découragent. Certains dirigeants politiques russes d’aujourd’hui disent que personne n’a encore trouvé comment simplifier l’administration depuis l’époque des Tsars.

Cette sensation face à l’administration, ou face à des habitudes de vie et de travail inconnues en occident se résume dans une phrase célèbre de Natalia Narotchniskaia que j’ai citée aux visiteurs "le XIXe, le XXe et le XXIe siècle cohabitent en Russie". On peut trouver le pays attirant, mais aussi insaisissable et brutal. Ceux qui ne se découragent pas découvrent que la Russie a un plan démographique ambitieux, et cherche à attirer des immigrants en grand nombre. Le taux de chômage est très faible en Russie, particulièrement à Moscou. De plus l’esprit d’entreprise est même encouragé (pour ceux qui ont le courage d’affronter la bureaucratie russe) par l’administration fiscale qui a créé un régime simplifié pour les nouvelles entreprises de petite taille. Un seul impôt libératoire de 6% du chiffre d’affaires, c’est loin d’être confiscatoire, et c’est une aubaine pour ceux qui veulent créer et développer une activité.

Le mode de vie à Moscou, dans son aspect sécurité / insécurité, a fait l’objet de plusieurs questions. Difficile de croire, pour des parisiens, que des jeunes femmes moscovites élégantes, leur portable dernier cri à la main, puissent prendre le métro tard le soir, jusqu’au terminus, sans être menacées par des bandes de voyous. C’est pourtant le cas, beaucoup de français installés à Moscou en témoignent. Cette sensation de vivre dans une ville relativement "tenue" même si l’insécurité zéro n’existe pas, est un des aspects les plus attrayants de la "Moscow way of life".

Les questions sur le pouvoir politique russe et la personnalité de Vladimir Poutine ont été nombreuses. Expliquer en quelques minutes à des visiteurs étrangers le chemin parcouru par la Russie de 2000 à 2012 n’est pas facile. Un risque d’éclatement territorial dans les années 90, la période des oligarques, deux guerres (2000 et 2008), le terrorisme rémanent et la crise financière, pour en arriver à une croissance économique soutenue qui se poursuit, il fallait résumer: "Les choses vont très vite ici. Il faut venir maintenant, Poutine et Medvedev sèment les graines de ce qui va éclore dans dix ou quinze ans".

.../...

Et c'est vrai que la Russie est à la fois déroutante et fascinante. On ne peut nier l'indéniable énergie qui s'exprime a travers un développement palpable. Et dans le même temps rencontrer de façon fréquente des inégalités criantes. J'ai déjà mentionné ce qui est le plus visible, les structures commerciales énormes qui se mettent en place sur le modèle de nos implantations occidentales. Alors que de micro structures existent au pied des barres d'immeubles, probablement plus garantes de lien social que les premières.

Le risque est d'ailleurs là. Les russes pour des raisons historiques disposent d'un mode de vie qui privilégie largement les structures collectives. Le mode de vie occidental glorifie l'individualisme. La rencontre entre ces deux modes de vie est en train de se réaliser. Dans un contexte dont l'affairisme n'est pas exclu et avec des personnalités dont le caractère peut être aussi abrupt que charmeur.

Parallèlement des institutions porteuses de morale sont loin d'être en perte de vitesse. J'ai rencontré à plusieurs reprises la renaissance parfois fastueuse de l'église orthodoxe. Et l'attachement populaire à une armée dont les faits d'arme sont rappelés à travers une statuaire ou une exposition de matériels toujours en relation avec une idée de fierté nationale.

Autrement dit je suis loin d'avoir découvert toutes les facettes de ce pays...

 

002-source 028-mode
L'attachement aux valeurs terriennes se manifeste dans une recherche des sources

Code de la mode féminine : des talons hauts et des vêtements courts

043-panneau 031-panneau publicitaire mariage
Abri d'autobus transformé en panneau d'affichage offrant des services domestiques panneau publicitaire mariage
017-place lenine Penza
Penza - Place Lénine
024-mairie Penza 025-tableau dhonneur des travailleurs Penza
Penza - Mairie

Tableau d'honneur des travailleurs de l'Oblast.

012-théatre penza 046-choeur
Le théâtre fait partie des structures collectives incontournables, d'autant que les Russes reçoivent une formation artistique importante. Choeur
026-jardins publics 036-promenade borde l'eau.

Prendre le frais dans les jardins publics est un vrai plaisir après les fortes chaleurs du jour

promenade au bord de l’eau
022-photo 021-pouchkine Penza
Se photographier : tout un art...

Pouchkine – Penza

125-iconostase  eglise de la souce vladivostok

Iconostase de l’Eglise de la source – Vladivostok

Aucun commentaire:

Publier un commentaire