lundi 9 juillet 2012

29-06 Le transsibérien (Historique de la construction)

 

L'idée de la construction du transsibérien est issue du contexte du 19eme siècle .

Contexte industriel avec la révolution industrielle basée sur l'exploitation des ressources minérales. C'est l'époque de la construction des aciéries et des machines à vapeur. D'importantes populations quittent les exploitations agricoles et partent vers les villes

Contexte politique : les puissances dominantes sont la grande Bretagne, l'empire Austro-Hongrois et la Russie. Les puissances européennes sont en quête de possessions territoriales nouvelles. Aussi bien les Anglais que les Français cherchent des voies d'accès vers la Chine, empire déliquescent, objet de convoitises. Dans leur conquête des Indes, Les Anglais se rencontreront plus tard aux marches de l'Asie centrale avec les troupes russes qui patrouillent vers le sud de l'empire à la recherche d'un débouché vers les mers chaudes.

L'empire Russe disposait de richesses minières importantes en Sibérie, mais elles étaient inaccessibles. En 1860 de mauvaises récoltes amenèrent une famine. Le gouvernement souhaita mettre en place une politique de mise en valeur de nouvelles terres vers l'Est. Il fallait donc pouvoir amener sur place les volontaires qui acceptaient d'émigrer.

Le tsar Alexandre III fit lancer des travaux d'études et en 1891 proclama le lancement officiel de la construction du Transsibérien,une ligne qui s'étendrait de l'Oural au Pacifique.

Ce fut un homme très particulier qui fut chargé de la gestion de ce projet nommé Serguei Witte. Pour surmonter les obstacles bureaucratiques et fédérer les énergies Witte obtint la création d'une entité administrative spéciale : le comité du chemin de fer Sibérien dont la présidence échut à Nicolas fils du Tsar.

Au fil du temps le « comité » vit ses compétences s'étendre à l'implantation des paysans en Sibérie, aux relations diplomatiques en extrême orient, à la sécurité du trajet.

Witte eut en charge le financement pour lequel il enregistra le désistement des banquiers étrangers, mais réussit à placer un emprunt d'état international, fit lever des impôts et, paraît il, imprimer des roubles ! Enfin il réussit à négocier avec l'empire Mandchoue la traversée de la Mandchourie vers Vladivostok ce qui était un gain important en kilométrage et en coût par rapport au contournement de la boucle du fleuve « Amour ». Ce trajet connut ensuite des vicissitudes au cours des fluctuations politiques, mais il fonctionne toujours aujourd'hui.

Le trajet du transsibérien au départ de Tchéliabinsk emprunte celui du « trakt ». Il s'agit de l'ancienne route postale probablement héritée de l'empire Mongol. Elle permit à Anton Tchekov en 1890 de se rendre sur l'ile de Sakhaline en deux mois.

La construction s'effectuera par tronçons:

De Tcheliabinsk à Novossibirsk de 1892 à 1896

Jusqu'à Irkoust via Krassnoiarsk de 1893 à 1898

Da Vladivostok à Kharbarov cette ligne dite de l'Oussouri debute en 1891 et se termine en 1897.

La traversée du Baïkal; 1895 1900. Des ferrys de construction britannique sont mis en service durant les mois où le lac est navigable.

Du Baïkal à Stretensk 1895 1900 La ligne est stoppée par le franchissement du fleuve Amour et les travaux de construction des ponts ne seront achevés que en 1916.

De Tchita à Herbin et Vladivostok : après de nombreux rebondissements politiques ce tronçon est achevé début 1900.

A cette date il est donc possible de se rendre de Moscou à Vladivostok par le train en empruntant toutefois une partie du territoire chinois.

En 1900 des wagons luxueux destinés au Transsibérien sont exposés à l'exposition universelle qui se tient à Paris.

Ce n'est que en 1916 avec la construction des ponts sur l'Amour que le trajet Moscou Vladivostok pourra se réaliser en empruntant uniquement le territoire russe.

 

195-motrice du transibérien 198-transib

Transsibérien : motrice

en gare

Aucun commentaire:

Publier un commentaire